Aller au contenu  Aller au menu  Aller à la recherche

Bienvenue - Laboratoire Jacques-Louis Lions

Print this page |

Chiffres-clé

Chiffres clefs

189 personnes travaillent au LJLL

90 permanents

82 chercheurs et enseignants-chercheurs permanents

8 ingénieurs, techniciens et personnels administratifs

99 personnels non permanents

73 doctorants

14 post-doc et ATER

12 émérites et collaborateurs bénévoles

 

Chiffres mars 2019

 

Lieu et heure
En temps normal, le séminaire du Laboratoire Jacques-Louis Lions a lieu
le vendredi de 14h00 à 15h00
Campus Jussieu, Sorbonne Université, 4 place Jussieu, Paris 5ème
barre 15-16, 3ème étage, salle 09 (15-16-3-09)
Toujours en temps normal, l’exposé est suivi d’un café accompagné de biscuits
Plan d’accès
En raison de la situation sanitaire, les exposés ont actuellement lieu à distance avec retransmission par Zoom (voir ci dessous).

 

Pour recevoir (ou ne plus recevoir) chaque mois le programme par courrier électronique et chaque vendredi un rappel de l’exposé du jour,
envoyer un message à
Seminaire-du-LJLL@ann.jussieu.fr

 

Le programme du séminaire, les résumés des exposés et leurs diaporamas sont disponibles sur les pages web
https://www.ljll.math.upmc.fr/fr/seminaires/article/seminaire-du-laboratoire
https://www.ljll.math.upmc.fr/contenu/article/seminaires-de-l-annee-2020
Les enregistrements des exposés sont disponibles sur la chaine YouTube du laboratoire. Nouvelle fenêtre.

Le séminaire est référencé sur le Portail Math du CNRS

 

Organisateurs du séminaire
Yves Achdou
Fabrice Bethuel
Albert Cohen
Anne-Laure Dalibard
Yvon Maday
François Murat
Benoît Perthame
Emmanuel Trélat

 


Le séminaire a lieu chaque vendredi de 14h à 15h. En raison de la situation sanitaire, les exposés ont actuellement lieu à distance avec retransmission par Zoom.

Chaque vendredi, à partir de 13h30, le lien Zoom pour l’exposé du jour est affiché sur les pages web
https://www.ljll.math.upmc.fr/fr/seminaires/article/seminaire-du-laboratoire
https://www.ljll.math.upmc.fr/contenu/article/seminaires-de-l-annee-2020
et l’accès à Zoom est possible à partir de la même heure.
Lorsque vous ouvrirez le lien Zoom pour l’exposé du jour, il est possible que vous soyez placé pour quelques minutes en « salle d’attente Zoom » en attendant d’être admis dans la « salle de réunion Zoom » d’où vous pourrez suivre l’exposé.

L’usage de Zoom est simple ; il est néanmoins conseillé d’accéder à Zoom quelques minutes avant 14h, en ayant préalablement téléchargé la dernière version de l’application.
Pendant l’exposé, merci de désactiver votre microphone (icône à gauche dans le bandeau du bas). Merci aussi de ne pas poser de questions pendant l’exposé, et de ne les poser qu’après la fin de celui ci ; pour cela, cliquer sur « Réactions » dans le bandeau du bas, et choisir « lever la main » dans le menu qui apparait, puis parler à l’invitation de l’animateur.


PROGRAMME ET RESUMES DES EXPOSES DES MOIS DE SEPTEMBRE ET OCTOBRE 2021


Cliquer ici pour la version pdf des résumés des exposés des mois de septembre et octobre 2021 Nouvelle fenêtre

  • Vendredi 24 septembre 2021 — 14h00
    Exposé à distance retransmis par Zoom
    Luis Caffarelli (Université du Texas à Austin)
    Interactions among different diffusive media
    Résumé (masquer le résumé)
    The interaction of diverse media (temperature, population, species, investments) has taken a central role in mathematical research, particularly in analysis and applied mathematics. Basic topics are for instance non linearity, phase transition, optimal control.
    In my presentation I will try to give a glimpse on motivation, structures, and results.
  • Vendredi 01 octobre 2021 — 14h00
    Exposé à distance retransmis par Zoom
    Giuseppe Mingione (Université de Parme)
    Nonlinear versions of linear theories : from linear to nonlinear gradient estimates for elliptic equations
    Résumé (masquer le résumé)
    Linear theories as Calderón and Zygmund theory of singular integrals and classical potential estimates are basic issues where Harmonic Analysis tools come to the rescue in Partial Differential Equations estimates. Sharp regularity results and fine properties of solutions can be obtained through the use of singular and fractional integrals via pointwise estimates implied by the existence of fundamental solutions. While such approaches are obviously linear, in the last years there has been a number of results outlining a complete parallel in the nonlinear case, i.e. where nonlinear equations are considered. In this case, nonlinear potentials replace linear ones as pioneered by Maz’ya and Havin. In fact, pointwise bounds can be found for solutions, finally reaching a unified approach between linear and nonlinear problems. I will try to outline recent developments in such directions.
  • Vendredi 08 octobre 2021 — 14h00
    Exposé à distance retransmis par Zoom
    Andrea Braides (Université de Rome Tor Vergata)
    Topological singularities in periodic media
    Résumé (masquer le résumé)
    I describe the emergence of topological singularities for a Ginzburg-Landau model of parameter epsilon in an inhomogeneous medium of periodicity delta, computing the vortex energy as epsilon and delta tend to zero. In a sense we always have a separation-of-scale effect : there exists a parameter lambda (explicitly computed and depending on the asymptotic mutual behaviour of delta and epsilon) such that at scales less than epsilon^lambda we first have a concentration process around some vortices whose location is subsequently optimized, while for scales larger than epsilon^lambda the concentration process takes place after homogenization. The two processes both contribute to the vortex energy.
    This is work in collaboration with R. Alicandro, M. Cicalese, L. De Luca and A. Piatnitski.
  • Vendredi 15 octobre 2021 — 14h00
    Exposé à distance retransmis par Zoom
    Eric Bonnetier (Université Grenoble Alpes)
    Petite perturbation de la condition aux limites d’une équation elliptique
    Résumé (masquer le résumé)
    Motivés par des applications en optimisation de forme, nous nous intéressons au comportement asymptotique de la solution d’une équation aux dérivées partielles elliptique lorsqu’on modifie la condition aux limites sur un « petit » ensemble omega_epsilon du bord.
    Nous caractérisons la structure du terme de correction du premier ordre pour des ensembles omega_epsilon très généraux. Nous donnons également des exemples explicites en dimensions 2 et 3 lorsque omega_epsilon est une boule surfacique de diamètre epsilon.
    Ce travail a été réalisé en collaboration avec Charles Dapogny et Michael Vogelius.
  • Vendredi 22 octobre 2021 — 14h00
    Exposé à distance retransmis par Zoom
    Sonia Fliss (Ecole Nationale Supérieure de Techniques Avancées, Palaiseau)
    Ondes en milieux périodiques et quasi-périodiques
    Résumé (masquer le résumé)
    Je m’intéresserai dans cette présentation à l’équation des ondes en régime harmonique (ou équation de Helmholtz) dans des milieux périodiques et quasi-périodiques non bornés. Une des difficultés de l’équation de Helmholtz en domaine non borné est que le problème associé n’est pas toujours bien posé dans un cadre classique. Il faut imposer en général un comportement à l’infini qu’on appelle condition de radiation ou se ramener à un domaine borné et imposer une condition transparente. C’est la deuxième voie, qui a l’avantage d’avoir une contrepartie numérique, que nous avons suivie en construisant des opérateurs de Dirichlet à Neumann. La démarche est la suivante : (1) on ajoute un peu de dissipation (i.e. une partie imaginaire à la fréquence) pour se ramener à un cadre classique, (2) on construit un opérateur de Dirichlet à Neumann en tirant profit de la structure du milieu, (3) on passe à la limite sur la dissipation.
    Depuis quelques années, nous avons considéré le cas des milieux périodiques dans différentes configurations (guides d’ondes, demi-espace, milieu périodique et infini dans 2 directions, etc.). Je rappellerai ces résultats et mentionnerai les questions qui restent ouvertes (et qui concernent principalement le passage à la limite).
    Plus récemment, dans le cadre de la thèse de Pierre Amenoagbadji (Propagation des Ondes, Etude Mathématique et Simulation) (POEMS), nous nous sommes intéressés à des milieux quasi-périodiques. Nous avons utilisé la méthode dite de « coupe » qui consiste à prolonger une EDP elliptique (dans le sens où la partie principale de l’opérateur est elliptique) à coefficients quasi-périodiques en une EDP en dimension supérieure à coefficients périodiques mais non elliptique. Cette méthode, assez connue en homogénéisation, a été, il nous semble, très peu exploitée numériquement. Pour cette nouvelle EDP, il est possible d’adapter notre travail pour les milieux périodiques. L’analyse est néanmoins beaucoup plus délicate. Je présenterai nos premiers résultats pour un problème uni-dimensionnel.
    Ce travail est le fruit d’une longue collaboration avec Patrick Joly (POEMS) et plus récemment Vincent Lescarret (Centrale Supelec).
  • Vendredi 29 octobre 2021 — 14h00
    Exposé à distance retransmis par Zoom
    Sophie Hecht (Sorbonne Université, Paris)
    Modèles microscopiques et macroscopiques pour la croissance de colonies de bactéries
    Résumé (masquer le résumé)
    Les bactéries sont des organismes abondants qui participent à de nombreux processus intervenant en médecine, agriculture, écologie, dans l’industrie, etc. À partir d’un seul organisme, elles se développent rapidement en micro-colonies organisées et en bio-films. La formation des micro-colonies, bien que largement étudiée au cours de la dernière décennie, est encore mal comprise. On considérera d’abord un modèle microscopique où chaque bactérie est modélisée par un cylindre à base circulaire (un bâtonnet) et où les bactéries interagissent par le biais de contraintes de non chevauchement. En prenant en compte l’asymétrie des pôles des bactéries, le modèle reproduit des caractéristiques mécaniques de croissance de micro-colonies, et ceci sans mettre en œuvre ni attraction ni adhésion. Nous étudierons ensuite la limite micro-macro et la limite incompressible de ce type de modèles. Ces limites conduisent à des modèles macroscopiques mécaniques ainsi qu’à des modèles à frontière libre qui seront comparés à des données expérimentales.

 

Le séminaire a lieu chaque vendredi de 14h à 15h. En raison de la situation sanitaire, les exposés ont actuellement lieu à distance avec retransmission par Zoom.

Chaque vendredi, à partir de 13h30, le lien Zoom pour l’exposé du jour est affiché sur les pages web
https://www.ljll.math.upmc.fr/fr/seminaires/article/seminaire-du-laboratoire
https://www.ljll.math.upmc.fr/contenu/article/seminaires-de-l-annee-2020
et l’accès à Zoom est possible à partir de la même heure.
Lorsque vous ouvrirez le lien Zoom pour l’exposé du jour, il est possible que vous soyez placé pour quelques minutes en « salle d’attente Zoom » en attendant d’être admis dans la « salle de réunion Zoom » d’où vous pourrez suivre l’exposé.

L’usage de Zoom est simple ; il est néanmoins conseillé d’accéder à Zoom quelques minutes avant 14h, en ayant préalablement téléchargé la dernière version de l’application.
Pendant l’exposé, merci de désactiver votre microphone (icône à gauche dans le bandeau du bas). Merci aussi de ne pas poser de questions pendant l’exposé, et de ne les poser qu’après la fin de celui ci ; pour cela, cliquer sur « Réactions » dans le bandeau du bas, et choisir « lever la main » dans le menu qui apparait, puis parler à l’invitation de l’animateur.

 

Pour consulter les programmes et les résumés de toute l’année en cours et des années précédentes, voir