Aller au contenu  Aller au menu  Aller à la recherche

Bienvenue - Laboratoire Jacques-Louis Lions

Print this page |

Postes Enseignants-Chercheurs :

Cliquer sur : Operation POSTES sur le site de la SMAINouvelle fenêtre

Cliquer sur : GALAXIENouvelle fenêtre

 

Cliquer sur : le poste ouvert au Laboratoire Jacques-Louis Lions en 2019

Chiffres-clé

Chiffres clefs

217 personnes travaillent au LJLL

83 personnels permanents

47 enseignants chercheurs

13 chercheurs CNRS

9 chercheurs INRIA

2 chercheurs CEREMA

12 ingénieurs, techniciens et personnels administratifs

134 personnels non permanents

85 doctorants

16 post-doc et ATER

5 chaires et délégations

12 émérites et collaborateurs bénévoles

16 visiteurs

 

Chiffres janvier 2014

 

Rémy Rodiac

Lundi 14 janvier 2019

Rémy Rodiac (Université Catholique de Louvain-la-Neuve)

Description des vorticités limites des équations de Ginzburg-Landau.

Résumé :
Les équations de Ginzburg-Landau (GL) décrivent le comportement d’un échantillon supraconducteur. Pour analyser le nombre et la répartition des vortex dans un échantillon supraconducteur on peut utiliser une quantité appelée vorticité. C’est l’analogue du tourbillon en mécanique des fluides. Lorsque le paramètre de Ginzburg-Landau ε tend vers zéro, Sandier-Serfaty ont montré que la limite d’une vorticité associée à une solution de GL est une mesure μ et doit satisfaire des conditions d’équilibre : il existe $h$ dans $H^1$ tel que $-\Delta h+h=\mu$ et $h$ est un point stationnaire pour la norme de Sobolev sur H1. Nous montrerons que de telles conditions permettent de décrire le support de μ. En particulier les vortex ne peuvent s’accumuler que sur des lignes ou sur des ensembles de mesure de Lebesgue pleine.